Image default
Sante et Beaute

Alimentation/cancer : encore un exemple de guérison sans chimie

Rate this post

11 juillet 2015

Parmi les nombreux témoignages que nous rencontrons au fil de nos recherches (et que nous ne pouvons pas hélas tous relayer…) en voici encore un qui pourra peut-être apporter une piste de plus pour certains et de l’espoir à tous.

Il est rapporté par l’Institut Hippocrate de Floride (notre source inépuisable !) dans l’excellent livre de Brian Clement (son co-directeur) :

Le 1er janvier 1995, je me suis réveillé avec, sur le cou, une masse de la taille d’un gros citron. Ma femme a insisté pour m’amener aux Urgences de Palm Spring en Californie où nous étions en vacances. On m’a fait quelques analyses sanguines et l’on m’a conseillé de consulter mon médecin à mon retour. Ce dernier a diagnostiqué un lymphome (cancer des glandes lymphatiques) et m’a informé que si je ne commençais pas immédiatement une chimiothérapie, il ne me resterait plus que six mois à vivre. Il a ajouté que, même avec ce traitement, je ne vivrais pas plus de cinq ans.

Notre gendre, nutritionniste diplômé, m’a conseillé d’envisager de suivre le Programme de l’Institut Hippocrate. J’ai beaucoup lu à ce sujet, et j’ai finalement décidé que c’était probablement ce que j’avais de mieux à faire. Lorsque j’en ai parlé à mon cancérologue, la pression a commencé. Mon généraliste m’a appelé et a essayé de me convaincre que je faisais là une grave erreur. Mon cancérologue m’a dit la même chose. Ma famille et mes amis m’ont en quelque sorte harcelé pour que je me fasse traiter. J’ai fini par céder et ai commencé la chimio. Après la deuxième séance, mes cheveux sont tombés et j’avais l’air d’un mort vivant. Aussi ai-je estimé que la chimio allait me tuer avant le cancer.

J’ai donc passé trois semaines chez Hippocrate pour suivre leur programme. Aujourd’hui, je peux vraiment dire que c’est l’une des meilleures décisions que j’aie jamais prises de toute ma vie. Depuis trois ans, je suis complètement guéri du cancer. Je me sens mieux et j’ai plus d’énergie aujourd’hui à l’âge de soixante-douze ans que quand j’en avais quarante-deux. Je fais pousser moi-même mon herbe de blé et mes germinations (voir aussi ce livre) et je bois trois litres de jus de légumes biologiques crus par jour. Je consacre aussi pas mal de mon temps à parler à ceux qui veulent savoir comment j’ai vaincu le cancer et ce que je fais pour avoir l’air en si bonne santé.

(Témoignage de Bill Hughes – Modesto / Californie – USA)

NOTE : Je remarque que le chemin semble le même pour tous ceux qui sortent des clous en choisissant une autre voie : les autorités médicales brandissent le drapeau de la peur sous votre nez pour vous remettre sur le « bon chemin »… je l’ai personnellement vécu.

Autres articles

Suivre la mode en adoptant des extensions de cheveux

Clarisse

Cancer de la prostate : vie prolongée avec les protocoles PFEIFER

Irene

Le plus grand danger de l’été : votre crème solaire !

Irene

Irrigations (ou lavements) du côlon au café : DANGEREUX ?

Irene

8 exercices qui brûlent plus de calories que le jogging

Irene

Comment garantir l’efficacité de complément alimentaire ?

Clarisse

Quizz sur les dangers de la cigarette électronique

administrateur

La maladie de Crohn : l’exemple de Paul Nison et ses conseils

Irene

Comment développer votre explosivité musculaire ?

Irene