Image default
Sciences et Technologies

Identifier une situation d’isolement pour mieux protéger le travailleur isolé

De nombreux secteurs d’activité sont concernés par le travail isolé : des professionnels travaillant dans des conditions spécifiques aux salariés de bureau. Le Code du travail oblige donc les employeurs à évaluer la situation d’isolement et à adopter les mesures nécessaires pour prémunir les travailleurs des risques d’accident, de chute, de malaise ou d’agressions physiques ou psychologiques.

Dans quel cas un travailleur est isolé ?

Par définition, un travailleur isolé exerce généralement son métier hors de la vue et de portée de voix de ses collègues ou d’autrui. Cette condition concerne de nombreux métiers et se revêt plusieurs situations. En effet, un salarié peut se retrouver dans une situation d’isolement sans en avoir conscience, dont les salariés qui travaillent à des horaires décalés, des dirigeants d’entreprises qui restent tard dans leur bureau, le personnel d’entretien qui nettoie les locaux vides ou encore un salarié descendant aux archives. Par conséquent, il est nécessaire d’étudier la notion d’isolement en fonction de l’environnement de travail, de l’organisation et des horaires du travailleur.

Travailleurs isolés : quelles solutions de protection ?

Afin d’assurer la sécurité des travailleurs isolés et d’intervenir rapidement en cas d’urgence, les entreprises doivent prendre les mesures de prévention adéquates. Le terme PTI ou Protection Travailleur Isolé désigne l’ensemble des mesures et autres procédures de prévention et d’intervention permettant de protéger justement les travailleurs en situation d’isolement. Souvent utilisé de manière erronée, ce terme est confondu avec le DATI ou Dispositif d’Alarme pour Travailleur Isolé, un dispositif de sécurité qui assure la protection du travailleur isolé. Cet équipement permet de détecter les situations anormales afin que les secours puissent intervenir rapidement, mais en cas de nécessité. Le travailleur peut déclencher manuellement une alarme grâce à un bouton d’alerte intégré à son dispositif. L’alarme peut aussi s’activer automatiquement en cas de perte de verticalité du travailleur, d’absence de mouvement, d’une perte de liaison réseau ou autres situations jugées critiques.

DATI : quels modèles sont disponibles ?

Il existe différents types de dispositifs pour assurer la sécurité des travailleurs isolés. Il faut donc choisir en fonction des besoins et de la structure où exerce le salarié. Petits, solides et simples d’utilisation, les bipeurs font partie des dispositifs les plus utilisés à l’intérieur des bâtiments. Le travailleur peut déclencher une alarme qui préviendra ses collègues afin que des mesures soient prises. Leurs fonctions sont toutefois limitées, car les bipeurs ne permettent pas de décrire exactement où le lieu de l’incident s’est produit. Le DECT (Digital Enhanced Cordless Telecommunication) est une solution fiable en termes de gestion des alarmes PTI. Il s’agit d’un système de téléphonie sans fil numérique, marchant système d’ondes. Cette technologie fiable assure la transmission de l’alarme, cependant, sa portée se limite souvent à 300 mètres. Ce système n’est donc pas adapté aux grandes structures. Les portatifs radios sont quant à eux adaptés aux salariés travaillant dans des conditions à très haut risque. Ils nécessitent toutefois l’installation d’un réseau radio sous l’autorisation de l’ACERP. Néanmoins, ce système garantit une permanence des liaisons, et donc la fiabilité des transmissions d’alarme.

Related posts

Création d’entreprise : les règles de sécurité à savoir

Sonia

Chargeur de PC portable défectueux : quelles sont les solutions ?

Irene

Minitel, qu’est-ce que le code 3615 ?

Clarisse